Caribbean News Now!

About Us Contact Us

Countries/Territories

Jump to your country or territory of interest

Advertise with us

Reach our daily visitors from around the Caribbean and throughout the world. Click here for rates and placements.

Contribute

Submit news and opinion for publication

Subscribe

Click here to receive our daily regional news headlines by email.

Archives

Click here to browse our extensive archives going back to 2004

Also, for the convenience of our readers and the online community generally, we have reproduced the complete Caribbean Net News archives from 2004 to 2010 here.

Climate Change Watch

The Caribbean is especially vulnerable to rising sea levels brought about by global warming. Read the latest news and information here...

Travel


Follow Caribbean News Now on Twitter
Connect with Caribbean News Now on Linkedin



News from the Caribbean:


Back To Today's News

Commentary: Lessons to learn and practices to unlearn from Haiti and its revolution
Published on July 10, 2013 Email To Friend    Print Version

By Jean H Charles

The small Republic of Haiti has given three important lessons to the entire world.

Two centuries ago, it taught the world that taking arms to defend the dignity of all human beings irrespective of their skin color is invaluable. Haiti sets out the motto that “The right to equality is the right of all human beings to be equal in dignity, to be treated with respect and to participate in an equal basis with others in all perimeters of economic, social, political, cultural and civil life.”

charles.jpg
Jean H Charles LLB, MSW, JD is a syndicated columnist with Caribbean News Now. He can be reached at: jeanhcharles@aol.com and followed for past essays at Caribbeannewsnow/Haiti
After some 300 years of the world order of slavery imposed upon the black man, Haiti succeeded in 1804 in forcing the liberation of the slaves, opening the doors to the liberation of slaves in Latin America in 1825 and the black emancipation in the United States in 1863.

One generation ago, on February 7, 1986, Haiti again was first to teach the world that dictatorship could be dismantling with people power. It forced Jean Claude Duvalier, the dictator who, along with his father, ruled Haiti ruthlessly for 33 years, to depart in the middle of the night to exile in France. The model has been followed by the Philippines to kick out Marcos, by Poland and countless other countries including, recently, the Arab nations under the Spring upheaval or the Lavender Revolution.

Last but not least, Haiti was first again to teach the world that radicalism in power could also be dismantled through people power. It forced Jean Bertrand Aristide to leave the country for Africa on February 29, 2004, for stirring violence amongst the civilian population.

We are seeing today people power in action in Egypt, where millions of Egyptians forced the army to step in to remove the current president Mohamed Morsi, under the charge that his radicalism fosters national disunity amongst its people.

It is the story of Haiti repeated all over again when, in the same circumstances, some nine years ago the country forced President Jean Bertrand Aristide to leave Haiti because he was fostering internal strife and civil warfare amongst the have and the have nots.

While the world should learn from Haiti the bravura of its gallant people in dismantling slavery, dictatorship and radicalism, it should also unlearn from Haiti the detested practice of not promoting national reconciliation at the end of the revolutionary period. Soon after the proclamation of the first black republic in the western hemisphere, its general president ordered the elimination of all the previously white colonists. Haiti never recovered from that policy.

In 1986, after the forced departure of the dictator Duvalier, the Haitian Constitution enshrined a ban of twenty years against the zealous Duvalier partisans. Haiti is still suffering from the convulsion of that period. And last but not least, after the departure of Jean Bertrand Aristide, it did not promote nor did it implement social welfare, and wealth creation for the wretched of the land. As such, to this day the ghost of a so-called benevolent Aristide is still lingering around amongst the masses.

The lesson is clear and simple. Peace, harmony and prosperity in a nation depend on whether the opposing factions are willing to break bread together, to forget the past and to build the future together. This policy practice is not promoted by the human rights organizations or by the United Nations that insisted on the primacy of justice over the primacy of reconciliation, pardon and love for each other.

History has proven that justice has never occurred even in the best circumstances. The International Court of Justice has few success stories on its roster; as such one should concentrate on fostering national reconciliation as the best chosen path to democracy.

Haiti under Toussaint Louverture was the model that the entire world wanted to emulate. John Adams, the second president of the United States, was so enamored of the First of the Blacks that he was openly helping him to become Emperor of Haiti then St Domingue. Toussaint Louverture, after defeating first Spain, then England and last the French, established the seedling of a nation where white and blacks would share the vision of a common destiny.

The defeat of John Adams in his quest for re-election in 1800 in the United States thwarted the Haitian experience and changed the course of history not only for Haiti but also for the entire humanity. Napoleon and his egomaniac ambition to conquer the world found a fertile ally in Thomas Jefferson, who won the American presidency over John Adams.

Two hundred years later, the Napoleon doctrine of striking first and worrying about the consequences later is the preferred law in this world. Little funding is earmarked for promoting national reconciliation, whether the funds would come from the United Nations, the United States or the European Union. Billions are being spent in the name of political stabilization but with zero funding earmarked for conflict resolution, negotiation and nation building.

The initial lesson from Haiti is very telling. The concept of human rights must include all the citizens of the same nation aspiring to dignity and participating in all aspects of social, economical and political life of the country. It is also the duty of the citizens to butt out all dictators and radicals, whether they are of the stuff of Attila the Hun, or Hitler or Morsi.

The lesson to unlearn from Haiti is that reconciliation must take place immediately after the departure of the dictator or the radical leader. There should be no reprisals and the moving party in promoting peace and reconciliation must be the winner of the revolution. Abraham Lincoln showed the way after the Civil War in proclaiming what Frederic Douglas called the second sermon on the mount: “With malice toward none, with charity for all” we shall reconstruct this land. This spirit of respect is the best way in any age to foster reconciliation through open and healing intercourse.

From now on, the business of peace and reconciliation is too grave and too important to leave it only to the governments. The learned citizens of the world must devise ways to offer to governments and to the opposing factions the necessary tools and funds and expertise to come to the negotiation table. The unfolding story in Egypt can become another imbroglio as it was in Haiti, where peace and prosperity did not take place even after some thirty years after the last uprising or it can become a soothing lavender flower that sends its balm not only throughout the Middle East but throughout the world.

Caveat emptor, Egypt! If you do not make peace and embrace your brethren from the Muslim brotherhood you might become the Haiti of tomorrow, with convulsion, strife and poverty for generations!
 
Reads: 9080





Click here to receive daily news headlines from Caribbean News Now!



Back...

Comments:

Mark Damien:

well said !

Julian:

Your third point about Haiti where you state that masses forced Aristide out of Haiti is patially true or even erroneous. Aristide was tricked into getting into a car to meet a US official was brough to the airport and forced on a plane to South Africa, all that under the approval of Colin Powell who was Secretary of State at the time. So it was a bush government tactic thinking that Aristide was a barrier to progress in Haiti based on the criticsm of opposing politciians. So its untrue to say that the masses forced him out after a few small demonstrations in Port au Prince. Please verify your facts before those opinion pieces bro

Jean H Charles :

Dear Brother Julian

The preponderance of evidence that Jean Bertrand Aristide was pushed out of power by the people power of the Haitian masses is not visible only by those that Christ called those who sin against the spirit in other words refuse to admit the evident thruth!

Jean H Charles


" Aristide doit partir immédiatement ", selon la PAPDA

mercredi 28 janvier 2004
1

Note de presse de la Plate-forme haïtienne de Plaidoyer pour un Développement Alternatif (PAPDA)
Soumis à AlterPresse le 28 janvier 2004
La PAPDA demande la démission immédiate de Jean Bertrand Aristide
La PAPDA s’oppose a l’entrée de toute force policière et/ou militaire multinatinationale sur notre sol sous le prétexte de rétablir l’ordre
La PAPDA transmet au peuple haïtien un salut de solidarité du Forum Social Mondial (FSM) de Bombay
27 Janvier 2004
I.- Aristide doit partir immédiatement
La Plate-forme haïtienne de Plaidoyer pour un Développement Alternatif (PAPDA) salue le courage et la clairvoyance du Peuple haïtien qui se mobilise chaque jour davantage pour réclamer la démission du Président Jean Bertrand Aristide. La PAPDA s’associe avec enthousiasme à cette revendication et réitère sa conviction que le départ du Président Aristide constitue un élément essentiel de toute sortie de crise véritable aujourd’hui dans notre pays.
La PAPDA salue en particulier le courage exemplaire du Mouvement étudiant qui a su défendre efficacement l’autonomie de l’UEH au cours de l’année 2002 en faisant reculer la dictature et qui malgré le lourd tribut payé par l’institution universitaire (destruction de locaux, nombre incalculable de blessés, nombre important d’emprisonnés, mutilation des Recteur et Vice-Recteur, plusieurs cadavres) continue avec ténacité à se maintenir mobiliser avec les autres secteurs du pays pour exiger le départ d’Aristide.
Le Président Aristide doit partir dans l’immédiat parce que sous couvert d’un discours de « réparation des abus infligés aux pays du Sud » au temps des colonies, il applique de façon servile et intéressée les dictats du FMI, de la BM, de la BID et du Département d Etat. Le Gouvernement actuel s’est associé à certains secteurs de l’oligarchie traditionnelle renforçant leur mainmise sur des pans entiers de l’économie nationale et leurs pratiques séculaires de pillage et de prédation. Cette politique anti-nationale et anti-populaire a aggravé la situation du pays, en accélérant la destruction des secteurs productifs, la déstructuration de nos Institutions et le renoncement à toute souveraineté nationale. L’accord signé en mai 2003 par le Gouvernement Aristide Neptune avec le FMI en réduisant les allocations budgétaires destinées aux secteurs sociaux, en accordant la priorité au paiement du service de la dette, en approfondissant la libéralisation du secteur financier a généré une situation insoutenable en précipitant les couches pauvres au désespoir et les couches moyennes vers une paupérisation accélérée notamment par une inflation galopante des prix des produits de base. Le Staff Monitoring Program (SMP) du FMI en application dans notre pays depuis l’éclatement de la crise institutionnelle de 1997 a précipité Haïti vers une régression économique rapide. N’oublions pas que sur injonction du FMI les prix au détail des produits pétroliers ont subi une augmentation de l’ordre de 130% en moyenne au mois de janvier 2003 et que le FMI félicitait, dans une note publique, le Gouvernement haïtien d’avoir arrêté le paiement des dédommagements aux sociétaires victimes des vols de leurs avoirs dans les maisons de spéculation appelées ’coopératives des 12% le mois’. Le Gouvernement Aristide-Neptune a trahi les revendications centrales du mouvement de 86-91 en se rendant complices de ces politiques et en refusant de mettre en œuvre de vraies politiques visant à transformer les réalités séculaires d’exploitation et de marginalisation des masses haïtiennes. En plus le Gouvernement Aristide s’est enfoncé dans l’immoralité, la corruption et la violation systématique des droits les plus élémentaires des citoyens haïtiens. L’institutionnalisation de l’impunité prouve la continuité dans les procédés de gestion du pouvoir et le renouvellement de l’Etat traditionnel dans ses aspects les plus hideux.
La liste des crimes abjects de ce pouvoir serait trop longue à énumérer ici mais mentionnons quelques exemples : l’arrestation arbitraire de syndicalistes et d’ouvriers des plantations de Guacimal, la vente des terrains fertiles de la Plaine de Maribahoux au mépris des protestations des organisations de la zone pour l’implantation d’usines de réexportation de produits textiles vers les USA, le démantèlement par la violence des organisations paysannes pourtant alliées au Pouvoir comme Kozepèp, le commerce de riz pèpè importé des USA pour l’enrichissement personnel de quelques cadres de Fanmi Lavalas, le vol de l’épargne et des avoirs d’une frange importante de la population à travers un système de pseudo-coopératives puis un simulacre de dédommagement de quelques sociétaires victimes à partir des deniers publics sans arrestation, ni jugement des spoliateurs, le trafic d’influence en faveur d’une Université privée de la Fondation Aristide au détriment de l’UEH, les assassinats impunis des 3 fils de Viola Robert, de Jean Dominique, de Brignol Lindor et tant d’autres, la destruction des appareils de transmission de nombreux médias le jour même que le Président prend hypocritement l’engagement de réaliser des élections dans le paysÂ…. Etc.
Face à cette dérive avilissante nous assistons depuis quelques années à un lent mais remarquable réveil de la conscience citoyenne. Le mouvement social qui réclame, à juste titre, la démission du Président de la République a inauguré un nouveau cycle de mobilisation politique. Les espaces de mobilisation avaient été quasiment éliminés ou réduits par le cataclysme du coup d’Etat de septembre 91 et par l’instrumentalisation et la corruption déployées par le régime Lavalas de 94 a nos jours pour transformer les OP en propagandiste et courroie de transmission de la volonté du Chef de l’Etat. Voilà que renaissant de ses cendres le mouvement démocratique ressurgit et occupe à nouveau la scène politique d’oú elle avait été brutalement chassée par les armes des FADH, du FRAPH et des mercenaires appelés ’chimè’. La violence de la répression exercée contre la population par les élus locaux Lavalas qui se sont vite transformés en bras armé du système de domination pour tuer tout espace de contestation et d’expression de la parole libre, par la PNH et les mercenaires à la solde du régime ne pourront rien face au souffle de mobilisation qui s’élargit en gagnant les villes de province et des couches de plus en plus importantes de la population.
A nouveau nous sommes à la recherche de la reconquête de la dignité à travers une nouvelle unité historique contre la dictature, la domination étrangère, les dictats du FMI, la dictature des marchés financiers, la globalisation capitaliste et toute politique de destruction de notre pays. Une unité historique pour la souveraineté alimentaire et la satisfaction des besoins de base de l’ensemble de la population sur la base de la participation effective des couches marginalisées des provinces et des grandes villes. Il est particulièrement significatif que cet espoir soit en pleine construction en cette année du bicentenaire qui rappelle la geste héroïque menée victorieusement contre l’esclavage et pour l’universalisation des droits de la personne.
La PAPDA demande à toutes les organisations et à toutes les forces sociales de s’associer activement à ce combat qui est l’unique chemin de la reconquête de notre dignité nationale.
II.- Haïti au Forum Social Mondial de Bombay
Nous avons eu le plaisir de participer au quatrième Forum Social Mondial qui s’est tenu à Bombay en Inde du 16 au 21 janvier 2004 avec la participation de 150.000 délégués venant de 130 pays du monde. Au cours de ce forum nous avons eu l’occasion à plusieurs reprises de présenter les éléments clés de la difficile conjoncture que vit actuellement notre pays. Un séminaire spécifique autour de notre pays a même été organisé le 19 janvier de 5h à 8h pm avec la participation d’une cinquantaine d’organisations solidaires de la cause haïtienne autour du thème : « Esclavages d’hier / Esclavages d’aujourd’hui, Haïti : Les défis de la reconstruction. ». Ce séminaire a abouti à un ensemble de résolutions et des pistes concrètes d’action.
De nombreuses organisations et participants au FSM de Bombay ont voulu saluer l’importance de la révolution de 1804 et son actualité dans le cadre des luttes contre la globalisation néolibérale. Elles ont souligné l’importance d’une réparation historique due au Peuple haïtien en particulier par les pays du Nord. Toutes ces organisations ont également manifesté leur solidarité avec le mouvement démocratique et populaire qui se développe actuellement en Haïti et ont exprimé leur vive condamnation de la violente répression qui s’exerce de façon multiforme contre les libertés publiques et les droits fondamentaux du Peuple haïtien. Nous avons donc le plaisir de vous transmettre la solidarité de plusieurs centaines d’organisations réunies à Bombay et nous devons remercier chaleureusement des réseaux comme Jubilé Sud, 50 Years is enough campaign des USA, l’Alliance Sociale Continentale, le Centro de Estudios Internacionales du Nicaragua, le groupe Dialogo 2000 de l’Argentine, le Centre Martin Luther King de Cuba, le CADTM de la Belgique, le Groupe France Amérique Latine, le Collectif Haïti de France parmi d’autres qui ont été très actifs pour la diffusion des informations sur la conjoncture haïtienne.
III.- La PAPDA se prononce contre toutes les tactiques de dilatoire et contre l’occupation militaire de notre sol
La PAPDA tient à mettre en garde aujourd’hui contre toutes manœuvres dilatoires qui, sous couvert de négociations, tentent de maintenir Jean Bertrand Aristide ou un autre régime aussi servile au pouvoir. La PAPDA s’exprime avec véhémence contre toute nouvelle occupation de notre sol - encore plus en cette année oh combien symbolique du bicentenaire de notre indépendance - par des Forces policières et/ou militaires comme le suggère la proposition de la CARICOM. L’intervention des marines américains sous le couvert des Nations Unies et de l’OEA en 1994 n’a pas résolu les problèmes de sécurité. Ces problèmes se sont envenimés au départ des troupes onusiennes. La question de la sécurité ne peut être résolue que par des Institutions haïtiennes dans le cadre de mécanismes de concertation. La PNH a démontré qu’elle dispose de capacités suffisantes pour le maintien de l’ordre quand elle n’est pas obligée par instruction venant de l’Exécutif de s’associer aux fauteurs de trouble. Bien sûr des réformes doivent être opérées au sein de cette institution. Disons énergiquement non à toute nouvelle intervention militaire. Notre sol ne doit pas être souillé en cette année 2004. Cette intervention ne fera qu’aggraver nos problèmes et risque d’être utilisée comme nouvelle force de répression contre la population et les combattants pour la liberté.
Non aux dilatoires !! Non à une nouvelle humiliation pour notre pays !
1.- Aristide doit partir sans délai
2.- L’alternative au régime actuel doit comporter une rupture par rapport au système politique en vigueur. En ce sens nous devons profiter au maximum du symbolisme du bicentenaire pour impulser une re-fondation de notre projet de nation et une réorientation de nos options en matière de développement. Non au catéchisme du néolibéralisme et à la logique de dépendance de l’ajustement structurel !!
3.- Non à une nouvelle intervention militaire nuisible à la construction d’un authentique projet national !!
Signataires
Marc Arthur Fils-Aime
Camille Chalmers
Yves Andre Wainright
Halte aux hordes lavalassiennes, pour que vive la vie !

vendredi 31 octobre 2003
1

Note d’information et Prise de position de la Coordination Nationale de Plaidoyer pour les Droits des Femmes (CONAP), suite aux agressions subies de la part de partisans du gouvernement lors d’un sit-in à Port-au-Prince, le 29 octobre 2003
31 octobre 2003
Les évènement du mercredi 29 octobre 2003
Sous l’instigation de la CONAP, à laquelle s’étaient associées diverses organisations de la société civile, un sit-in silencieux, pacifique, s’est tenu à Port-au-Prince le 29 octobre, suite aux funérailles de Danielle Lustin, lâchement assassinée à son domicile par des bandits armés. Comme annoncé et convenu, des citoyens et citoyennes (environ 150 personnes, en majorité des femmes) se sont rassemblés-es, en silence, sur le parvis du Palais de Justice dès 11h00. Le sit-in, prévu de 11H30 à 1H30, se voulait une protestation citoyenne face à toutes ces morts injustes et gratuites, particulièrement enregistrées ces dernières semaines. Le Palais de Justice, situé non loin du Palais National, avait été retenu comme lieu hautement symbolique de la justice haïtienne. Le sit-in ne nuisait pas au déroulement des activités de cette institution, puisque un passage avait été aménagé pour permettre les allées et venues.
Vers 12H30, un premier groupe d’une dizaine de chimères (mercenaires du pouvoir Lavalas/Lavalasse), dont des femmes, a tenté de nous intimider. Ce petit groupe a d’abord pénétré dans l’enceinte du Palais de Justice et s’est posté derrière les manifestants-es, en entonnant des chants à la gloire de M. Jean-Bertrand Aristide et en lançant des slogans hostiles aux protestataires et des insultes ordurières. Face à notre silence opposé à leurs invectives et à notre détermination à poursuivre notre protestation silencieuse, ce groupe est parti chercher des renforts. Les chimères sont revenues en force. Ce deuxième contingent est arrivé à bord de différents véhicules : un pick-up blanc des services de l’Etat coiffé d’un gyrophare ; une camionnette de couleur blanche de la Télévision Nationale d’Haïti (TNH) également identifiée par des autocollants de propagande sur 2004 ; des motocyclettes. Ce second groupe comportait environ une trentaine de personnes, vociférant, proférant des menaces (de mort, de viol), clamant haut et fort leur accointance avec Lavalas et indexant nommément les féministes et leurs organisations. Renforcés, les chimères sont alors devenus bien plus agressifs. De la parole, ils sont passés aux actes. Ils nous ont attaqué en nous lançant des objets divers : pierres, mangues vertes, noix de coco, bouteilles vides, bouteilles contenant de l’urine et un liquide brûlant la peau et les vêtements. Plusieurs manifestants-es ont été touchés-es.
La Police Nationale d’Haïti (PNH) avait dûment été avisée de la tenue du sit-in. Des correspondances, dont réception a été accusée, ont été adressées à la Direction Générale de la PNH, à la Direction Départementale de l’Ouest et au Commissariat du Champ de Mars. La police a cependant brillé par son absence. Il n’y avait que les policiers-ères affectés-es au service du Palais de Justice. Ces agents-es ont tenté de contenir les chimères en gardant l’entrée. Le Doyen du tribunal a demandé à parler aux organisatrices du sit-in. Deux représentantes de la CONAP ont rencontré le Doyen et le Commissaire du Gouvernement ce, en présence de journalistes (Radio Quisquéya et SAKS). Les autorités judiciaires nous ont demandé de mettre fin au sit-in et de partir. Nous avons déclaré qu’il était hors de question de nous livrer à la fureur des hordes lavalasiennes et nous avons demandé, en vain, à ces autorités d’assumer leurs responsabilités en avisant la police. Pendant ce temps, les chimères ont lancé une autre offensive et les manifestants-es ont du se réfugier à l’intérieur du Palais de Justice ; d’abord dans le hall d’entrée et par après, suite à l’envahissement par les chimères de cet espace, dans des bureaux. Au cours de ces échauffourées, la cassette d’enregistrement de Télé Max a été saisie par les chimères. Nous avons été tenus-es en otage jusqu’aux environs de 4H00.
Suite à l’alerte donnée (par la presse, les Organisations de Défense des Droits Humains, d’autres organisations de la société civile et des citoyens-nes), des représentants-es de l’OEA (Organisation des Etats Américains) sont venus sur place et des forces de police sont finalement intervenues. Nous avons alors organisé l’évacuation des protestataires dans différents véhicules ; ceux des organisations de la société civile, des manifestants-es et des personnes venues témoigner leur solidarité.
Alors que nous étions prises en otage, nous avons été avisées du fait qu’un groupe de chimères, à bord d’un pick-up de couleur blanche, s’était rendu au local de Enfofanm et avait violemment frappé la barrière et proféré des menaces. D’autres individus, à bord d’un véhicule 4 x 4 de couleur grise, les ont rejoints plus tard pour poursuivre les intimidations. Ces individus sont revenus à différentes reprises, notamment vers 8H00 du soir.
Notre position
Ce mercredi 29 octobre les chimères du gouvernement Lavalas s’en sont pris à différents groupes de citoyens-nes qui manifestaient pacifiquement à Port-au-Prince. Ces événements attestent, encore une énième fois, de la volonté de ce gouvernement de bâillonner les citoyens-nes qui osent exprimer publiquement leur refus de la situation actuelle, notamment l’insécurité et les injustices multiples. Lavalas n’hésite pas, un seul instant, à utiliser sa force de répression pour terroriser et brimer des civils pacifiques et mettre en péril leur vie. Lavalas n’a aucun scrupule à ôter la vie, comme c’est notamment le cas depuis plusieurs semaines à Raboteau aux Gonaïves, à Saint Marc et au Cap. A Raboteau, la population civile est attaquée sur tous les fronts. Des domiciles sont incendiés, en dépit de la présence de leurs occupants-es. Ainsi, un bébé de quinze jours a péri dans les flammes.
Lavalas voudrait réduire en cendre toute personne/tout groupe qui ose critiquer ouvertement sa gestion et ses pratiques ; qui ne lui fait pas allégeance ; qui ose prétendre que d’autres horizons sont possibles pour Haïti, sans cette tyrannie. Lavalas ne cesse de proclamer sa popularité absolue. Mais, ce pouvoir se sent menacé chaque fois que des groupes de citoyens-nes, qu’il ne contrôle pas, manifestent et dénoncent l’inacceptable. Lavalas se sent menacé par les média et les attaque systématiquement. Lavalas a de nouveau lâché ses hordes en leur réitérant ses garanties d’impunité.
Face aux brigandages du gouvernement Lavalas, nous le déclarons hors-la-loi. Oui, est hors-la-loi un gouvernement qui extorque, terrorise, viole et tue les populations. Oui, est hors-la-loi un gouvernement qui se montre irresponsable et tyrannique. Oui, est hors-la-loi un gouvernement qui ne sert et ne protège que ses partisans-es et ses sbires. Les communautés internationales doivent non seulement prendre acte de ces agissements, mais également et surtout assumer, sans ambiguïté, leurs responsabilités et cesser d’apporter leur soutien au gouvernement. Nous ne réclamons pas le droit d’être évacuées, ni le droit à l’asile politique. Ce pour quoi nous nous battons, c’est le droit d’exercer nos libertés citoyennes, en tout temps et publiquement, conformément aux prescrits constitutionnels. Nous exigeons le respect intégral des Droits de la Personne, la jouissance des libertés publiques. Nous réclamons que l’Office de Protection du/de la Citoyen-ne (OPC) remplisse sa mission, en faisant diligence d’une part, pour s’enquérir, notamment auprès de la TNH, sur l’implication des véhicules des institutions étatiques dans la répression et, d’autre part, pour exiger l’arrestation et la sanction des chimères. Nous tenons le gouvernement Lavalas responsable de toute violence dont pourrait pâtir les organisations membres de la CONAP et de toute attaque contre leurs locaux ; en particulier celui de Enfofanm, qui abrite l’unique Centre de Documentation spécialisé en littérature et actualité féministe et est dépositaire du matrimoine du Mouvement des Femmes Haïtiennes.
La répression ne nous fera ni taire, ni nous terrer. Nous sommes des militantes féministes, héritières d’une longue tradition de lutte et de résistance, et nous saurons survivre aux torrents rageurs de Lavalas. Comme tout torrent, Lavalas passera, c’est sa destinée. « Pa wè, pa tande, pa pale, se pa yon solisyon ! / Ne pas voir, ne pas entendre, ne rien dire, n’est pas une solution ! ».
Port-au-Prince, le 30 octobre 2003
Pour la CONAP
Danièle Magloire (Enfofanm),
Yolette Mengual (Fanm Yo La),
Yolette Jeanty (Kay Fanm),
Olga Benoit (SOFA)
Documents
Pourquoi Aristide doit-il partir ?

mardi 17 février 2004
12

Document soumis à AlterPresse le 16 février 2004

Un régime de terreur
Si le Président Aristide a été élu avec le soutien et la faveur de l’immense majorité des Haïtiennes et des Haïtiens pour qui il représentait, en 1990, l’espoir de sortir Haïti de la dictature et de la pauvreté, on doit maintenant se rendre à l’évidence, ces temps sont bel et bien révolus. En réalité, on dirait qu’Aristide s’est donné Duvalier pour modèle.
En fait, Aristide est anti-démocratique. Il veut être le seul à prendre les décisions : c’est pourquoi toutes les institutions démocratiques sont en péril. Il cherche à contrôler tant la police que la Cour Suprême, les juges, les maires, le recteur de l’université, en fait tout représentant d’une institution qui pourrait échapper à son contrôle ou détenir une partie du pouvoir. C’est pourquoi tous les dirigeants qui cherchaient à assumer pleinement leurs responsabilités et refusaient de n’être que des paravents au pouvoir que veut exercer Aristide, ont dû démissionner, qu’ils soient officiers de police [1] ou même chef national de la police [2], juges [3], maires [4], ministres [5], recteur [6], les exemples sont légion. A l’inverse, des personnes non qualifiées ont aisément occupé ces postes d’autorité s’ils prêtaient allégeance au Président, comme c’est le cas de l’actuel chef de la police nationale, Jocelyne Pierre, qui a obtenu ce poste sans aucune expérience préalable. Cependant, comme la Constitution prévoit que, pour être chef de la police nationale, on doit auparavant avoir occupé un poste de chef départemental, on a complaisamment envoyé Me Pierre en hélicoptère à Fort Liberté, où elle a pu occuper ce poste durant Â… 4 heures !
Le pouvoir d’Aristide repose sur la terreur et la corruption. Comme Duvalier jadis avec ses tontons macoutes, Aristide a mis sur pied ses propres milices, armées jusqu’aux dents, lesquelles peuvent se permettre impunément toutes les exactions et tous les crimes, pour autant qu’elles continuent de servir les intérêts politiques du pouvoir. Ces « chimères », comme le langage populaire désigne ces bandes armées, sont assistées depuis plusieurs mois par des « attachés », des hommes de main rattachés aux commissariats de police, pour accomplir les basses œuvres qu’il serait trop gênant que la police accomplisse officiellement [7]. Ce mode de fonctionnement, rappelons-le, a d’abord existé sous Duvalier. Ce sont donc ces chimères, assistés des attachés et très souvent avec la complicité de la police, qui exécutent les actes de répression contre tout individu ou groupe qui montre une opposition au régime. Cette répression violente a augmenté de façon dramatique en 2002 et en 2003 : assassinats, disparitions forcées, torture, arrestations arbitraires, non-respect des ordonnances de remise en liberté, passages à tabac, harcèlements et menaces. Cette violence atteint des niveaux insoupçonnés de cruauté quand, après avoir sévèrement battu un jeune garçon de 16 ans, Louisma Jonathan, des policiers le jettent en pâture aux chiens (14 octobre 2003), ou encore quand le 25 novembre 2003, le Protecteur du Citoyen, Necker Dessables, a condamné la pratique de têtes coupées exposées sur la voie publique à Port-au-Prince, un pratique inacceptable selon lui (!) C’est tout juste si M. Dessables ne dit pas : assassinons, mais décemment !
Ce sont, bien entendu, les membres des partis d’opposition qui sont les premières victimes de cette répression, mais ils sont loin d’être les seuls visés. Les représentants de la presse ont constamment été les cibles des sbires du pouvoir : les journalistes des médias indépendants ont été souvent agressés voire assassinés (comme dans les cas de Jean Dominique et de Brignol Lindor, dont les assassins n’ont toujours pas été punis), menacés et obligés de quitter le pays, et les stations de radios vandalisées. Le régime supporte mal la liberté d’expression, au point que, dans la dernière semaine de janvier 2004, les bandes armées ont saboté les antennes de plusieurs radios, pour empêcher la diffusion des informations.
Outre les journalistes, les activistes de droits humains, ceux et celles qui protestent pour la violation systématique des droits humains par les bandes à la solde du pouvoir et par la police, se trouvent menacés à leur tour, comme ce fut le cas pour les femmes dirigeantes de la CONAP, qui ont été brutalement empêchées de manifester à plusieurs reprises, et qui ont reçu des menaces de mort. Les syndicalistes sont également menacés : le 24 janvier dernier, des policiers font brutalement irruption dans le local de la CSH et arrêtent illégalement 11 personnes qui y étaient réunies. Les étudiants sont également des cibles de la répression : depuis la crise de l’université, bien des étudiants en ont été victimes. Mais, depuis la mobilisation des étudiants dans le mouvement anti-Aristide, ils sont victimes d’agressions sauvages comme celle du 5 décembre 2003 où les chimères, sous l’œil complice de la police, ont blessé des étudiants et des professeurs par balles, jets de pierres et coups de bâton, et ont saccagé des locaux universitaires. Le recteur élu de l’Université d’Etat, M. Pierre Marie Paquiot, a eu les deux jambes fracturées et le vice-recteur Wilson Laleau a également été blessé.
Cette agression sauvage du 5 décembre envers les étudiants, a déclenché un mouvement de manifestations réclamant le départ d’Aristide, lequel a pris de l’ampleur dans l’ensemble du pays. Ces manifestations sont très durement réprimées : quelques 50 personnes auraient été tuées dans ces marches de protestation entre décembre et janvier. Malgré cette violence envers les manifestants, en janvier 2004, ces manifestations sont devenues presque quotidiennes. Cependant, le Président Aristide demeure inébranlable : il veut terminer son mandat. Des ministres démissionnent, des sénateurs changent de camp, son ambassadeur en République Dominicaine démissionne, mais Aristide reste inflexible. Depuis le 13 janvier 2004, Haïti s’est retrouvé sans Parlement, le mandat des 83 membres de la Chambre des députés étant arrivé à terme la veille. Aristide dirige donc seul, et par décrets.
Un régime corrompu
Il est notoire que ces « chimères », comme la population d’Haïti désigne les mercenaires du régime, sont impliqués dans le trafic de drogue et dans toutes sortes de vols et de contrebandes [8]. Cependant, il y a tout lieu de croire que le trafic de drogue n’est pas seulement le fait des bandes armées qui soutiennent le gouvernement d’Aristide : plusieurs hauts dirigeants du gouvernement y sont impliqués. En effet, des personnages tels que le ministre de la Justice, Calixte Délatour, le Secrétaire d’Etat à la communication, Mario Dupuy, la directrice de la Police nationale, Me Jocelyne Pierre, et le ministre de l’Intérieur, Jocelerme Privert, se sont vus refuser un visa de séjour par l’ambassade américaine le 26 novembre dernier : ces cadres du régime Lavalas sont soupçonnés d’implication ou de connivence avec les trafiquants de drogue.
Plusieurs autres scandales ont éclaté au cours des deux dernières années : scandale du riz (les proches du régime auraient eu l’exclusivité de la vente de cette denrée), scandale des coopératives (encouragées par le pouvoir, ces coopératives d’épargne ont attiré un grand nombre de déposants en offrant des taux d’intérêt spectaculaires de 118%, mais leur banqueroute a dépouillé des milliers de personnes de leurs avoirs).
Aristide : un président légitime ?
En mai 2000, des élections parlementaires et législatives avaient lieu en Haïti. Ces élections revêtaient une grande importance pour le parti Lavalas, Aristide préparant son retour au pouvoir après le gouvernement de René Préval. Les observateurs internationaux, dont l’OEA, dénoncent des irrégularités graves dans la tenue de ces élections : des milliers de bulletins de vote ont été répandus dans les rues de Port-au-Prince, des candidats de l’opposition ont été arrêtés, l’un d’entre eux a même été tué à coups de pierres. Les représentants de l’OEA demandent au parti Lavalas de concéder l’élection de 7 Sénateurs à la Convergence Démocratique, la coalition de partis d’opposition. Cela ne changeait rien à l’apparente victoire écrasante du parti au pouvoir. L’opposition quant à elle, demande qu’on annule l’élection de mai 2000. Mais on ne réussira pas à s’entendre.
La Convergence Démocratique refusera donc de participer aux élections présidentielles de novembre 2000, puisque le problème des élections parlementaires n’a jamais été solutionné. à€ l’époque, le gouvernement canadien avait précisé deux conditions pour reconnaître la validité des élections présidentielles : la participation des partis d’opposition et la conformation d’un comité électoral provisoire pluraliste. Ces conditions n’ont pas été remplies. Aristide est élu par moins de 5% de l’électorat, sans la participation des partis d’opposition, dans un contexte d’irrégularités électorales non solutionnées. Mais, curieusement, le Canada n’a jamais remis en cause la légitimité du Président après son élection, au point que Paul Martin soutient maintenant qu’Aristide doit terminer son mandat.
Les promesses non tenues d’Aristide
Suite à l’élection controversée de novembre 2000, l’OEA prend l’initiative d’amener le parti Lavalas et l’opposition à négocier. Pas moins de 24 rondes de négociation auront lieu en 2001, sans que jamais on ne parvienne à un accord sur le problème politique. Il est entendu que l’opposition est intransigeante et réclame la démission d’Aristide. Le discours d’Aristide semble lui, empreint de bonne volonté apparente. Mais, on doit se rendre à l’évidence : la répression contre les membres de l’opposition continue. La tactique d’Aristide semble être celle de manier les promesses d’une main, celle qu’il agite à la communauté internationale, pour mieux prendre le bâton de l’autre main, celle qui interdit toute opposition et même toute critique en Haïti.
En décembre 2001 survient la « tentative de coup d’Etat » : des rumeurs veulent qu’on aurait tenté d’assassiner Aristide. En fait, une enquête approfondie menée par l’OEA montre que ce fut une opération montée par le pouvoir lui-même, qui lui a surtout permis de réprimer énergiquement l’opposition (avec laquelle on est supposément en train de négocier). L’OEA adopte les résolutions 806 puis 822, enjoignant le gouvernement d’Haïti d’indemniser les victimes du 17 décembre, d’arrêter et de juger les coupables de la violence et de désarmer les bandes de chimères. Aucune de ces recommandations n’ont été mises en œuvre par le gouvernement d’Aristide, si ce n’est que très partiellement. Les bandes de chimères qui continuent à opérer impunément, de même que la police et ses attachés, ont même raffiné leur degré de cruauté. De plus, elles intègrent de très jeunes adolescents dans leurs rangs, un fait extrêmement préoccupant pour l’avenir.
à€ présent, en février 2004, Aristide promet aux chefs d’état du CARICOM d’arrêter la violence et de désarmer ses milices : peut-on vraiment prêter crédit à cette promesse qu’Aristide répète depuis 3 ans ? Le Canada va-t-il se satisfaire de cette promesse ?
L’opposition en Haïti
Dans toutes les informations sur Haïti, il subsiste jusqu’à maintenant une certaine ambiguïté. On parle de l’opposition en bloc, comme s’il s’agissait d’un groupe unifié, monolithique. Or, la réalité de l’opposition est extrêmement variée et fragmentée en Haïti.
La Convergence démocratique
En 2001, quand on parlait de l’opposition, on parlait essentiellement de la Convergence Démocratique, cette coalition de partis politiques qui s’était opposée au parti Lavalas lors des élections législatives de mai 2000. Cette coalition était et est toujours très fragile, traversée par de grandes contradictions internes. Le parti le plus important et consolidé au sein de cette coalition est sans doute l’OPL. La Convergence Démocratique a réclamé la démission d’Aristide et la tenue d’élections depuis 2000.
Le groupe des 184
En 2002, d’autres mouvements sont apparus, en particulier le groupe des 184, qui réunit des membres aux origines les plus diverses : hommes d’affaires, académiciens, membres des Eglises, professionnels, intellectuels, groupes populaires. Ce groupe réclame lui aussi la démission d’Aristide. Au cours de 2003, le groupe des 184 a organisé différentes manifestations populaires pour diffuser sa position, lesquelles se sont vues attaquées par les chimères, se soldant par de nombreuses victimes chaque fois, notamment à Cap-Haïtien et à Cité Soleil en juillet 2003.
La Plateforme démocratique de la Société civile et des Partis politiques de l’opposition
Le 31 décembre 2003, une « Plateforme démocratique de la Société civile et des Partis politiques de l’opposition » voit le jour. Cette plateforme regroupe tant la Convergence démocratique et d’autres partis politiques, que des groupes membres des 184. Ils proposent, dans leur manifeste du 31 décembre, une sortie de crise, avec la mise en place d’un gouvernement de transition. Ce gouvernement de transition serait présidé par l’un des juges de la Cour de Cassation ; un Conseil des Sages, réunissant des représentants des principales institutions du pays, serait formé, et veillerait à la formation du gouvernement, de même qu’à la mise en place de mécanismes de participation de tous les secteurs sociaux. Le principal mandat du gouvernement de transition serait celui de veiller à l’instauration de conditions démocratiques pour la tenue d’élections dans un délai ne dépassant pas 24 mois.
Les anciens miliciens d’Aristide qui se retournent contre lui.
En 2003, suite à l’assassinat du chef de milice lavalassien, Amiot Métayer, aux Gonaïves, les membres de sa bande ont accusé Aristide de l’avoir fait assassiner, et se sont retournés contre lui. C’est cette bande qui, fortement armée par Aristide lui-même, menace aujourd’hui de prendre le pouvoir par les armes. Retranchés à Raboteau, un quartier de la ville des Gonaïves, ils ont tenté depuis septembre 2003, d’obliger Aristide à démissionner. L’échec de leurs pressions les a mené à occuper leur territoire par la force des armes. Ces gens, qu’on qualifie de « rebelles » dans les médias, sont en réalité pour la plupart des repris de justice, des contrebandiers, des mercenaires, autrefois les sbires d’Aristide lui-même. Il s’agit de la seule opposition armée contre Aristide.
Les organisations de base de la société civile
Finalement, il y a l’immense majorité des Haïtiennes et des Haïtiens, représentés par les groupes de la société civile : étudiants, travailleurs syndiqués, organisations paysannes, mouvements de femmes, mouvements de droits humains, journalistes. Ces groupes ont mis très longtemps à se prononcer publiquement sur la situation politique. Bon nombre d’entre eux ont refusé de le faire dans le passé, afin qu’on ne les confonde pas avec « l’opposition » partisane, soit la Convergence Démocratique.
Mais les exactions et les crimes du pouvoir ont fini par faire déborder le vase. Depuis plus d’un an, des organisations telles que la CONAP (regroupement des organisations des femmes), la POHDH (Plateforme haïtienne des organisations de droits humains), des ONG tels ICKL, le PAJ, les radios communautaires, ont exigé la démission d’Aristide par voie de communiqués.
Aujourd’hui, ce sont eux, les citoyens et les citoyennes d’Haïti, qui remplissent les rues lors des manifestations anti-Aristide. Sans cette force, les partis d’opposition ne pourraient rien. Ils ne sont cependant pas représentés dans les pourparlers entre les parties, comme ceux dont les pays du CARICOM ont pris l’initiative récemment.
En décembre et en janvier, les organisations populaires ont émis plusieurs prises de position communes face aux événements. En particulier, il faut souligner la formation d’un large regroupement de groupes et de personnes de tous les secteurs sociaux d’Haïti, « le Collectif d’artistes et d’intellectuels pour la défense des libertés civiles », lequel, dans un communiqué du 20 janvier 2004, appuie l’alternative d’un gouvernement de transition.
La politique canadienne
Au cours des derniers mois, devant l’aggravation de la situation en Haïti (répression des journalistes et des médias, attaques par des bandes armées de facultés universitaires, de postes de police, de prisons, de palais de justice, affrontements violents entre manifestants pacifiques, bandes armées et forces de police, l’ampleur de l’action d’insurgés ces derniers jours), le gouvernement canadien n’a fait aucune déclaration publique et officielle pour dénoncer l’affaiblissement de l’Etat de droit en Haïti et les multiples violations des droits humains.
Il y a cependant une exception : le 17 décembre 2003, suite aux lettres publiées par des organisations canadiennes de solidarité, et réclamant du gouvernement canadien une plus grande fermeté face aux violences en cours dans le pays, l’ambassade canadienne à Port-au-Prince a émis une note de presse « se disant très préoccupée par les violences qui sévissent à Port-au-Prince et dans d’autres endroits du pays ». De plus, l’Ambassade se dit d’une part « très préoccupée par des allégations sérieuses de participation de civils en armes dans la répression brutale et sanglante dans certains cas » de ces manifestations, condamne d’autre part « les gestes violents posés par des civils armés, se réclamant du Pouvoir en place ».
Cette note de presse diffère dans le ton du communiqué du Parlement européen du 15 janvier 2004. En effet, le Parlement européen y appelle les autorités haïtiennes à s’engager publiquement à mettre un terme aux graves violations des droits humains dans le pays, notamment la torture, les intimidations et les assassinats. Les députés européens ont également demandé au gouvernement haïtien de « dissoudre les milices et bandes armées qui font régner la terreur » et de « mettre un terme à la corruption ».
Nul doute, la note de presse du gouvernement canadien fait pâle figure. Mais si on associe cette tiède et unique protestation du gouvernement canadien, aux autres éléments de sa politique, alors on peut se demander si, dans les faits, le Canada n’appuie pas le régime d’Aristide. C’est la perception qu’ont beaucoup de groupes et d’observateurs en Haïti.
Le Canada dit qu’il espère « que le dialogue entre les parties remplace les affrontements violents » (note de presse du 17 décembre), ce qui est très louable en théorie. Mais en pratique, quelles sont « les parties » ? Est-ce qu’en plus de la Convergence démocratique, les parties incluent le groupe des 184, la Plateforme démocratique de la société civile et des partis politiques de l’opposition, de même que le Collectif des artistes et intellectuels pour la défense de la liberté ?.
Si le Canada parle du dialogue entre le gouvernement Aristide et la Convergence démocratique, ces mêmes acteurs ont été forcés au dialogue depuis 3 ans, sans aucun résultat. Le fait que le gouvernement d’Aristide ait continué de réprimer les membres des partis d’opposition, et le fait qu’il n’ait rempli aucune des recommandations de l’OEA, ont sans doute contribué à l’impasse actuelle. Quels nouveaux éléments permettent au Canada de penser qu’on atteindra maintenant un accord, alors que la situation s’est, par ailleurs, nettement détériorée ?
D’autre part, la poursuite du dialogue entre les parties dans la situation actuelle n’est-elle pas une caution à la légitimité du pouvoir d’Aristide, légitimité largement remise en question depuis les élections contestées de l’an 2000. Quels ont été les efforts du gouvernement canadien pour entamer le dialogue avec l’opposition non partisane et populaire ?
à€ l’issue de la rencontre des dirigeants du Caricom tenue aux Bahamas les 20 et 21 janvier, le ministre canadien des Affaires étrangères, Bill Graham, a déclaré qu’« un pas important a été franchi » et que des progrès avaient été faits en vue de parvenir à une solution négociée à la crise. Il a réitéré le soutien du Canada à la mission spéciale de l’OEA pour renforcer la démocratie en Haïti. Il est allé jusqu’à suggérer à l’OEA l’établissement d’une mission de surveillance permanente pour améliorer la sécurité en Haïti.
Il est important de souligner ici l’intervention de madame Francine Lalonde, députée du Bloc québécois, qui a émis, le 29 janvier, un communiqué sur la situation en Haïti. Jugeant trop timide l’implication du gouvernement canadien dans le dossier d’Haïti, elle déclare que le « gouvernement canadien doit hausser le ton pour forcer le respect des droits humains en Haïti ». Continuer cette politique aveugle à l’égard d’Haïti ne peut que déboucher sur un avenir chaotique et sanglant. Les événements des derniers jours en Haïti le prouvent.
Deux semaines plus tard, alors que plusieurs zones du Nord sont livrées à l’anarchie et au pillage, le gouvernement canadien n’a pas davantage haussé le ton face au gouvernement haïtien. Par la voix de son ministre Bill Graham, il s’est contenté à nouveau « d’appeler au calme et au respect intégral de la primauté du droit en Haïti et de condamner fermement le recours à la violence » (Le Monde, 10 février 2004).
Aristide doit partir
Compte tenu
de l’aggravation de la crise en Haïti et de la part de responsabilité de la communauté internationale, y compris le Canada, dans cette détérioration,
des déclarations inquiétantes du ministre canadien des Affaires étrangères cautionnant la présidence d’Aristide en suggérant même qu’il « termine son mandat »,
de la position attentiste du gouvernement canadien dans la recherche d’alternatives à la crise qui perdure,
de la perspective d’un projet du Caricom de « déploiement d’une force étrangère de sécurité »,
les membres de la Concertation pour Haïti recommandent que le gouvernement canadien
• dénonce avec force l’escalade des violations des droits humains bien documentée par des organismes nationaux et internationaux de défense des droits (NCHR, Commission nationale Justice et Paix, Amnesty International, Reporters sans frontières, Commission des droits humains de l’OEA et de l’ONU) ;
• exige du gouvernement haïtien le désarmement des bandes armées (« chimères ») recourant à la force et à l’utilisation des armes ;
• fasse pression afin que le gouvernement haïtien donne suite aux conclusions d’enquêtes indépendantes concernant l’identification et le jugement des présumés responsables des violations massives des droits humains ;
• prenne au sérieux les propositions de sortie de crise contenues dans l’Alternative de transition de la Plate-forme démocratique du 31 décembre et considère ces propositions comme base de discussion ;
• réclame maintenant, vu le pourrissement de la situation, la démission du président Aristide et invite les instances internationales dont le Canada est membre à faire pression en ce sens ;
• prenne en considération la mise en garde de l’expert indépendant des Nations Unies pour les droits de l’homme, Louis Joinet, « contre toute confusion ou amalgame entre l’action d’insurgés qui gagne en ampleur dans le pays et l’opposition formelle qui mène une lutte pacifique pour obtenir le départ du chef de l’Etat haïtien » ;
• considère la mise en place d’un gouvernement de transition comme l’alternative à la vacance du pouvoir créée par l’éventuelle démission d’Aristide ;
• exige la mise en place immédiate de conditions favorisant la tenue d’élections générales crédibles et s’engage financièrement et techniquement dans la préparation et la réalisation de ces élections.
• promeuve la constitution d’une mission internationale de paix, pour assister ce gouvernement de transition en vue de restaurer un climat de sécurité dans le pays.
[1] Jean-Panel Charles, officier de police réfugié en France en octobre 2003, décrit le climat de terreur régnant dans les commissariats de police.
[2] Jean-Robert Faveur, chef national de la police, obligé de démissionner et de prendre l’exil en juin 2003. Il a écrit une longue lettre pour décrire les pressions dont il faisait l’objet depuis la présidence.
[3] Le juge Daméus Clamé Ocnam est obligé de se réfugier aux Etats-Unis le 26 décembre 2003, pour échapper aux pressions de la présidence qui veut le voir mettre en accusation trois organisateurs de la marche anti-Aristide du 22 décembre.
[4] Jean Michard Mercier, ex-maire adjoint de Port-au-Prince, doit se réfugier aux Etats-Unis en août 2003, afin d’échapper aux pressions de la présidence qui veut le voir candidat à la mairie de Port-au-Prince. M. Mercier dit qu’il ne pouvait accepter étant donné la conception du rôle du maire qu’a le pouvoir.
[5] Marie Carmel Austin, ministre de l’éducation nationale, démissionne du gouvernement après l’attaque brutale des locaux universitaires par les milices lavalassiennes le 5 décembre 2003.
[6] Longue crise à l’université nationale en 2002 et en 2003, suscitée par le fait que le pouvoir veut imposer la nomination du recteur, ce à quoi s’opposent farouchement les étudiants.
[7] La NCHR a publié un dossier fort bien documenté à ce sujet.
[8] Aristide a été contraint de se débarrasser de certains chefs de bande qui étaient devenus trop gênants : le cas d’Amiot Métayer aux Gonaïves en septembre 2003, et de Roodson Lemaire alias Colibri à Cité Soleil en octobre 2003.



Back...

Send us your comments!  

Send us your comments on this article. All fields are required.

For your contribution to reach us, you must (a) provide a valid e-mail address and (b) click on the validation link that will be sent to the e-mail address you provide.  If the address is not valid or you don't click on the validation link, we will never see it!

Your Name:

Your Email:

(Validation required)

Comments:
Enter Code



Please note that, if you are using an AT&T domain email address, e.g. att.net, bellsouth.net, sbcglobal.net, the verification email will likely not be delivered. This is outside of our control and the only remedy seems to be for readers to complain to AT&T





Disclaimer
User comments posted on this website are the sole views and opinions of the comment author and are not representative of Caribbean News Now or its staff. Caribbean News Now accepts no liability and will not be held accountable for user comments.
Caribbean News Now reserves the right to remove, edit or censor any comments. Any content that is considered unsuitable, unlawful or offensive, includes personal details, advertises or promotes products, services or websites or repeats previous comments will not be approved.
Before posting, please refer to our Terms of Use and Privacy Policy.



Other Headlines:



Regional Sports: